Le Languedoc-Roussillon s’exporte-t-il ?

Quelle est la situation du Languedoc-Roussillon quant à l’exportation ? Quels sont ses atouts et ses faiblesses, y compris par comparaison avec les autres régions françaises ? C’est ce à quoi s’est récemment intéressé le magazine Challenges – et Entreprendre en Languedoc lui emboîte le pas.

Selon Challenges,

« les marchandises les plus souvent vendus à l’étranger sont, dans l’ordre, les avions, les produits pharmaceutiques et chimiques, les automobiles, le pétrole raffiné, les machines, le matériel électrique et les produits issus du monde agricole. Au total en 2013, ces exportations de biens (sans les services donc et hors matériel militaire) ont représentées 427 milliards d’euros, en baisse de 1,5% sur un an.« 

Régions françaises : le palmarès de l’exportation

LR Exportation 1

Sans surprise, l’Île de France arrive en tête des régions françaises pour ce qui concerne l’exportation, avec 77,2 milliards d’euros d’exportation pour l’année 2013. Viennent ensuite la région Rhône-Alpes (45,9 milliards), le Midi-Pyrénées (44 milliards), la région Nord-Pas-de-Calais (32,4 milliards) et l’Alsace (29 milliards).

Avec 6,6 milliards d’exportation en 2013, le Languedoc-Roussillon n’est pas loin de la voiture balai :  seuls la Basse-Normandie (4,5 milliards), le Limousin (2 milliards) et la Corse (0,05 milliards) présentent de moins bons résultats.

Ce que chaque région exporte le plus

LR Exportation 2

La région la plus massivement exportatrice d’une spécialité est – de très loin – Midi-Pyrénées, avec 36,5 milliards d’exportation de son aéronautique. Viennent ensuite l’Île de France (automobile : 7,8 milliards), le Centre (médicaments : 5,1 milliards), Rhône-Alpes (Chimie : 4,6 milliards), et la Haute-Normandie (essence : 4,5 milliards).

Là encore, le Languedoc-Roussillon est loin derrière : avec 1,1 milliard d’exportation de produits issus de la culture et de l’élevage, il devance tout de même encore la Basse-Normandie (produits laitiers : 0,52 milliard), le Limousin (médicaments : 0,36 milliard), et la Corse (boissons : 0,005 milliard).

En conclusion

La situation du Languedoc-Roussillon à l’exportation confirme la santé économique précaire de notre région, notamment au regard de son taux de chômage record.

Pourtant, le Languedoc-Roussillon reste une région dynamique au potentiel important, comme le confirment quelques indicateurs, dont le dernier classement Explorimmo, qui compte dans son Top 10 deux villes languedociennes (Montpellier et Nîmes).

A l’aube de sa restructuration possible, le Languedoc-Roussillon est donc condamné au rebond. Mais ce qui apparaît aujourd’hui comme une faille pourrait bien être son principal atout pour demain : les leviers du numérique et de l’innovation offrent en effet aux territoires des opportunités exponentielles qui récompenseront lors des prochaines décennies ceux qui s’en seront emparés. Et c’est certainement ce proverbe chinois qui en résume le mieux les enjeux :

« Quand le vent du changement se lève, les uns construisent des murs, les autres des moulins à vent.« 

Il ne reste plus au Languedoc-Roussillon qu’à exporter des moulins à vent.

3 réflexions sur “Le Languedoc-Roussillon s’exporte-t-il ?

  1. Il faut arrêter de se féliciter d’un « dynamisme d’intentions « et de « succès de papier ». Le Languedoc est une région de réseaux.

    On peut considérer que l’innovation en région est un secteur « mort », sans objet autre que le maintient ou renforcement de réseaux carriéristes connus, qui se sont, avec le temps, substitué a l’économie réelle. D’où le plus d’innovation du tout en Languedoc, si ce n’est des projets d’intentions qui ne sont que des « moyens » à court terme.

    La combine étant bonne … Il est désormais impossible d’un retour à des fondamentaux, préalable à toute innovation de quelque nature que ce soit. Tous les moyens sont désormais en charge annuelle. Il ne peut y avoir que plus de déclin dans les mois et année à venir.

    Commencer par arrêter de se féliciter a tout bout de champs, de la mise à sac de fond public a des fins de carrières ;serait un bon début. (Ce n’est pas le succès attendu). Arrêter de saquer des projets et réussites en régions serait également souhaitable !

  2. Merci pour votre commentaire.

    Je ne sais pas où vous avez lu dans mon billet les félicitations que vous évoquez : je n’y parle justement de recours à l’innovation et au numérique que dans la perspective de créer de nouveaux biens à l’exportation – ce que vous appelez « l’économie réelle » il me semble.

    Par ailleurs, je trouve paradoxal que vous demandiez à ce que l’on arrête de « saquer les projets et réussites en région » sur un blog qui précisément s’est donné spontanément (et sans fonds publics) pour vocation de mettre en avant les réussites régionales.

    Enfin, un dernier point concernant le fond de votre propos, notamment à propos des réseaux : l’une des caractéristiques du numérique est justement de permettre de passer au-dessus des réseaux. Par Internet, une expertise ou une activité peut trouver une résonance propre bien au-delà de son réseau originel ou naturel, et par-là renforcer sa crédibilité – c’est d’ailleurs mon métier. C’est aussi une manière de construire un moulin à vent plutôt qu’un abri.

    1. « Pourtant, le Languedoc-Roussillon reste une région dynamique au potentiel important, comme le confirment quelques indicateurs, dont le dernier classement Explorimmo, qui compte dans son Top 10 deux villes languedociennes (Montpellier et Nîmes). »

      Ces indicateurs sont couramment cités pour promouvoir » l’innovation exclusive montpelliéraine » qui, tel que votre ticket le souligne, est insuffisante … (Une intention renouvelable financée par fonds d’aides diverses) …. Je parle de la com en général en Languedoc et non d’un blog particulier. Il n’est en rien paradoxal de demander à ce que l’on mette en avant des innovations réelles et des objectifs cohérents …

      On ne peut plus passer au dessus des réseaux dans la mesure ou ceux-ci ont réformés un secteur en fonction de leurs propres habitudes « de travail » ou besoins promotionnels. … Le mot innovation n’y est plus qu’un prétexte. Vous en faites également les frais, a l’instar de « tous les Languedociens « , sois directement, sois indirectement.

      Il convient de jeter un oeil sur ce qui est appelé « concours coup de pouce pour l’innovation » » du Languedoc. Le réseau ayant sapé son propre vivier, on en est à organiser des farces et attrapes n’ayant d’autre objet que d’acheter le résultat. Le show a duré quelque temps, désormais, La région s’écroule, il faut accepter d’en voir les raisons, mais encore une fois …. tout le monde s’en moque …. la combine est si belle ! ….. ces gens du réseaux se sont coupés de tout, et ne sont plus a même de rien, avec qui que ce sois d’externe a leurs « planéte Z ». De biens curieux zozos !

      Je valide mes précédents propos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s