L’innovation des PME : une arme anti-crise [Compte-rendu de table ronde]

Ce vendredi 5 avril La Tribune avait réuni à l’Hôtel Océania de Montpellier quelques acteurs économiques majeurs de la région Languedoc-Roussillon pour une table ronde consacrée au thème de l’innovation des PME en temps de crise. Debriefing.

La Tribune 2

De gauche à droite : Christian Goutorbe (micro), Alix Roumagnac, Laurent Cambus, Karim Rafai, Anne-Yvonne Le Dain, Jean-Pierre Moure, Magali Boisseau, Emmanuel Petiot et Olivier Lapierre.

Les invités

C’est Jean-Claude Gallo, vice-président de La Tribune et directeur de la publication d’Objectif Languedoc-Roussillon, qui ouvrait un débat animé ensuite par Christian Goutorbe, correspondant en Languedoc-Roussillon pour La Tribune.

Le choix des invités se voulait représentatif du paysage économique languedocien et de ses acteurs. Etaient ainsi présentes deux personnalités politiques : Anne-Yvonne Le Dain, députée de l’Hérault et vice-Présidente du Conseil Régional de Languedoc-Roussillon, en charge au sein du même conseil notamment de l’innovation, et Jean-Pierre Moure, Président de la Communauté d’agglomération de Montpellier.

L’aide à la création d’entreprise et à l’innovation était représentée par Laurent Cambus, délégué innovation pour Oséo Languedoc Roussillon.

Cinq personnalités ayant des responsabilités au sein du monde de l’entreprise venaient compléter l’auguste tribune : il s’agissait de Magali Boisseau, PDG de Bedycasa, Olivier Lapierre, PDG de Symétrie, Emmanuel Petiot, DG de Deinove, Karim Rafai, responsable Languedoc Roussillon pour ERDF, et Alix Roumagnac, PDG de Predict Services.

L’innovation en Languedoc-Roussillon

Dès le début de la table ronde Laurent Cambus rappelait qu’Oséo possède 8000 clients actifs en Languedoc Roussillon, et qu’en 2012 Oséo y avait accompagné 3000 entreprises.

A sa suite Anne-Yvonne Le Dain soulignait que la Région Languedoc Roussillon investissait 10 millions d’euros par an depuis 2005 dans le soutien à l’innovation. L’un des effets de la crise était dans ce domaine certes de réduire quelque peu le nombre de dossiers, mais dans le même temps ceux-ci était plus aboutis, plus « puissants », selon le mot de Mme La Députée.

Pour Jean-Pierre Moure, l’innovation fait partie de l’ADN du territoire languedocien, et en est actuellement l’une des forces principales. La deuxième étape, toujours à venir, consisterait à faire travailler ensemble les différentes entreprises et start-up.

Symbole de cette réussite régionale, Deinove, entreprise de cleantech menant des recherches poussées en bioethanol, en passe de devenir l’un des champions mondiaux en la matière. Sur la base de ce succès en marche, Emmanuel Petiot évoquait même la possibilité de faire venir Total ou Solvay à Montpellier.

Les relations universités-entreprises

Jean-Pierre Moure évoquait ensuite l’importance des relations entre universités et entreprises, qui irriguent conjointement l’ensemble du tissu économique régional. Les universités représentent l’un des atouts du territoire : ce fut l’occasion de rappeler la fusion entre l’Université Montpellier 1 et l’Université Montpellier 2.

Les relations entre universités et entreprises furent aussi évoquées par Olivier Lapierre de Symétrie, qui appela de ses vœux de plus grandes interactions entre ces deux mondes parallèles : selon lui, les PME sont ouvertes à travailler avec les labos de recherche.

Les écueils de l’innovation en France

Parmi les innovations intéressantes, celle d’Alix Roumagnac, qui créa Predict Services en 2006 (à Cap Omega, BIC de Montpellier) sur la base d’une idée datant de 2003. Le travail consiste pour lui et ses équipes (25 personnes) à transmettre aux responsables de collectivités ou d’entreprises des informations cruciales sur la météo, et bien sûr en priorité les alertes avant catastrophe naturelle. Dernier exemple en date, les débordements du Lez fin mars/début avril.

C’est ainsi que depuis Montpellier plus de 20000 communes de France (qui en compte 36000) sont accompagnées par Predict Services ! Plusieurs signatures ont également eu lieu avec des groupes d’assurances tels que Groupama et Générali, qui y voient un moyen de réduire significativement les coûts des sinistres.

Magali Boisseau de Bedycasa apportait également un témoignage passionnant : selon elle, la crise fut une opportunité, et non un écueil. Son entreprise, qui permet aux voyageurs de louer une chambre chez l’habitant, a démarré sur la base de son propre carnet d’adresses. Elle connaît actuellement une croissance de 30% par mois. Pour quelle raison ? Parce que 55% des gens ont une pièce inoccupée chez eux, et que 20% d’entre eux sont disposés à la louer à des voyageurs de passage. Son innovation ne consista pas à créer ce marché – qui existait de tout temps – mais plutôt à le sécuriser et à l’amener sur Internet.

Le point noir dans ce parcours idyllique tient à un point culturel déjà abordé quelquefois ici et ailleurs : la difficulté de Magali Boisseau à trouver des fonds dura 4 ans, jusqu’à ce qu’un américain démontre que le marché était porteur. Une fois de plus, une chef d’entreprise innovante française se trouvait ainsi confronté à la frilosité culturelle des entrepreneurs et investisseurs français envers leurs compatriotes.

Les particularismes franco-français furent aussi évoqués par Olivier Lapierre de Symétrie : son expérience internationale faisait ainsi ressortir à ses yeux le fossé existant entre d’un côté le monde de l’exportation où le pragmatisme et l’efficacité règnent et se mettent au service des affaires, et de l’autre un milieu franco-français où l’entrepreneur doit se déplacer plusieurs fois, faire plusieurs devis, tout cela pour en fin de compte devoir repartir à zéro pour un détail lié au cahier des charges.

Ces constats furent appuyés par Anne-Yvonne Le Dain, qui souligna qu’en France le goût du risque n’est pas une valeur répandue : l’innovation y est certes vantée, mais souvent à l’intérieur même d’un produit, et non dans le cadre d’une innovation de rupture, au service du changement.

Conclusion

Une table ronde intéressante, permettant de mettre en relief plusieurs points cruciaux :

1. Le Languedoc Roussillon reste une terre d’innovation, y compris grâce à une volonté politique marquée, que ce soit au niveau régional ou à celui des agglomérations. Les pépinières et incubateurs représentent dans cette perspective des cartes majeures.

2. L’innovation est un domaine très vaste, à la merci d’un champ sémantique qui l’est encore plus, et ce genre de manifestation s’enrichirait d’une distinction préalable entre les différents domaines d’innovation qui vont y être abordés, et/ou une explication concernant le caractère commun à toutes les démarches présentées. Attention à ne pas faire de l’innovation un panier fourre-tout avec par-dessus l’étiquette « Miracle économique ».

3. Comme le soulignait il y a quelques mois Bertin Nahum, Président de MedTech Surgical, le soutien à l’innovation est très important en France pour développer un produit, mais non pour le rendre crédible auprès des investisseurs et entrepreneurs français. C’est aussi ce qui ressort particulièrement des témoignages de Magali Boisseau ou Olivier Lapierre.

C’est pour répondre à de tels besoins qu’Ozil Conseil travaille actuellement sur la création d’un laboratoire de confiance pour produits innovants intitulé Pour Les Patrons.

Bonus

Les discussions furent à un moment interrompues par un sifflement étrange, à mi-chemin entre la BO du film Rencontre du troisième type et la sirène d’incendie. Il fallut quelques secondes angoissantes à une assemblée retenant son souffle pour s’apercevoir qu’il s’agissait en fait de la sonnerie de portable de Mme Anne-Yvonne Le Dain. Ouf : l’innovation, d’accord, mais attendons encore un peu pour la guerre extraterrestre.

Concernant les relations Universités / Entreprises, signalons la Rencontre Docteurs / Entreprises qui se tiendra à Montpellier le 20 juin.

A lire : l’article de La Tribune sur la même table ronde et le classement des 30 entreprises les plus innovantes en Languedoc Roussillon.

Pour en savoir plus sur Pour Les Patrons, contactez-nous ou rendez-vous sur la page Facebook ou le compte Twitter dédiés.

La vidéo de l’événement



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s