Dette publique française : le point fin 2011

On a beau vivre – et entreprendre – en Languedoc, on n’en reste pas moins dépendant de la situation économique et financière de notre beau pays, la France. Ah, la France ! Ses paysages, ses vins, ses fromages… et sa dette.

C’est sur ce dernier point que je vous propose de tirer un bilan, et ce grâce à l’article des Echos dont je viens de prendre connaissance, et que je vous propose ci-dessous en pièces détachées.

Je renvoie tous ceux pour qui ces chiffres représentent une réalité trop brutale à mon article sur les (mauvais) chiffres de l’emploi en novembre, où ils trouveront une palette de réactions à adopter face à la douleur.

Sur ce, trêve de discours, plongeons au cœur du sujet.

Voici les chiffres-clés de la dette publique de la France après la publication mercredi des chiffres du troisième trimestre :

  • La dette publique de la France (Etat, collectivités locales et sécurité sociale) a atteint 1.688,9 milliards d’euros fin septembre, soit environ 85,3% du produit intérieur brut.
  • La dette de l’Etat s’élevait à 1.330,7 milliards d’euros fin septembre, celle des administrations de sécurité sociale à 194,6 milliards, celle des collectivités locales à 152,9 milliards et celle des organismes divers d’administrations centrales à 10,8 milliards.
  • La dette publique a considérablement augmenté avec la crise. Fin 2007, elle était de 1.211,6 milliards, soit 64,2% du PIB.

Le gouvernement prévoit que le niveau de dette par rapport au PIB commencera à décroître en 2013. L’actualisation fin novembre de la trajectoire des finances publiques prévoit une dette à :

  • 84,9% du PIB fin 2011,
  • 88,3% fin 2012,
  • 88,2% fin 2013,
  • 87,1% fin 2014,
  • 84,9% fin 2015,
  • et 81,8% fin 2016.

Ces prévisions comprennent le soutien financier aux pays de la zone euro en difficulté.

Pour y parvenir, le gouvernement prévoit de réduire le déficit public (l’écart entre les recettes et les dépenses publiques) de :

  • 5,7% du PIB fin 2011 à 4,5% fin 2012,
  • 3,0% fin 2013,
  • 2,0% fin 2014,
  • 1,0% fin 2015,
  • et de parvenir à l’équilibre fin 2016.

L’opposition socialiste, favorite pour l’élection présidentielle du printemps 2012 selon les sondages, s’est elle aussi engagée à revenir à 3% fin 2013 et vise l’équilibre en 2017.

La France n’a pas dégagé d’excédent public depuis 1974.

Je vous dispense des chiffres détaillés de la dette négociable, vous les trouverez dans l’article sus-nommé. Mais il me semble important de mentionner le programme de financement de la France pour les années à venir – vu que c’est un peu quand même ce dont nous dépendons tous directement.

  • Le programme de financement indicatif de la France pour 2012 est de 178 milliards d’euros de dette à moyen et long terme après 184 milliards en 2011.
  • Il prévoit, comme en 2010 et 2011, une diminution de la dette à court terme qui avait été privilégiée après la faillite de Lehman Brothers.
  • L’encours de la dette à court terme serait réduit de 4,2 milliards d’euros, après une réduction de 10,0 milliards en 2011.
  • La charge de la dette dépassera 46 milliards d’euros en 2011. Le budget 2012 prévoit qu’elle atteindra 48,8 milliards l’an prochain sur un total de dépenses de l’Etat d’environ 380 milliards, devenant le premier poste budgétaire devant l’Enseignement scolaire, si l’on déduit de ce dernier les retraites.

Bon courage à chacun. Soyez forts.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s