6 février 2012 : colloque de l’ANDER “Villes et Campagnes : Guerre et Paix !”

L’Association Nationale de Développement des Espaces Ruraux (ANDER) organise son premier colloque à l’Assemblée Nationale le 6 février 2012, salle Victor Hugo, 101 rue de l’Université, de 9h30 à 17h30.

Au programme, 4 tables-rondes qui ne peuvent qu’intéresser les languedociens préoccupés par l’évolution de leur territoire, hautement concerné par les problématiques liées à l’espace rural. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si le Président de l’ANDER, M. Pierre Morel A L’Huissier, est député de la Lozère : nous y reviendrons en fin de billet. Voici dans l’immédiat le programme des 4 tables rondes :

Table-ronde n° 1, 10h05-11h15 : La gouvernance alimentaire des agglomérations. Quelle alimentation pour les urbains ? Quelle part et quelle place pour les produits agricoles de proximité ?

  •  Jacques Lançon, adjoint au maire de Lons le Saunier (Jura), chargé de l’environnement et du développement durable
  • Christophe Bouillaux directeur de la restauration municipale à Lorient, vice-président de l’association AGORES, « l’intelligence collective de la restauration publique territoriale »
  • Carole Doré, betteravière dans l’Aisne, vice-présidente nationale des Jeunes Agriculteurs
  • Xavier Laureau, président des propriétaires et agriculteurs de la région de Versailles

Table-ronde n° 2, 11h15-12h30 : Les espaces agricoles et naturels au sein des agglomérations : pourquoi et comment les maintenir ?

  •  Michel Vergnier, député PS de la Creuse, maire de Guéret
  • Slimane Tir, président d’Espace Naturel Lille Métropole, Président de Fedenatur (Fédération Européenne des Espaces Naturels et Ruraux Métropolitains)
  • Michel Veunac, adjoint au maire de Biarritz, vice-président de la communauté d’agglomération de Biarritz-Bayonne-Anglet, conseiller régional Modem d’Aquitaine, Président de l’Agence d’urbanisme du Pays Basque
  • Christophe Hillairet, président de la Chambre d’agriculture interdépartementale d’Ile de France

12h30 : intervention de synthèse

12h45 : déjeuner à la questure de l’Assemblée

14h30 : reprise des travaux

Table-ronde n°3, 14h35-15h45 : Quelles limites pour la ville ? Etalement urbain, mitage, densification… des voeux pieux aux réalités ?

  • Michel Heimann, directeur général de la FNSAFER
  • Marc Kaszynski, directeur général de l’Etablissement Public Foncier Nord Pas de Calais, président de l’ADEF (Association des études foncières)
  • Vincent Piveteau, directeur de l’école nationale supérieure du paysage de Versailles, président du collectif “Ville-Campagne”
  • Jean-Michel Clément, député PS de la Vienne
  • Brigitte Barèges, député UMP du Tarn-et-Garonne, maire de Montauban, présidente de la communauté d’agglomération Montauban Les Trois Rivières

Table-ronde n°4; 15h45-16h55 : Agriculteurs et écologistes : chiens de faïence ou alliés pour préserver les espaces agricoles et naturels ?

  • Pascal Vautier, Président de la Fédération Nationale des Conservatoires Régionaux d’Espaces Naturels
  • Daniel Beguin, vice-président du Conseil régional de Lorraine, vice-président de la Commission “Développement durable, environnement” de l’Assemblée des régions de France
  • Thomas Diemer, administrateur national des Jeunes Agriculteurs, en charge des dossiers “foncier” et “environnement”
  • Joseph Ménard, président de la Chambre d’agriculture d’Île-et-Vilaine, vice-président de la commission “environnement et biodiversité” de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture
  • Perrine Hervé-Gruyer, agricultrice biologique, conseillère général Verts Europe Ecologie de Haute-Normandie

17h : Intervention de synthèse

17h15 : Conclusion par le Président de l’ANDER

Pour recevoir une invitation, adressez un mail à communication@ander.fr 

Le Président de l’ANDER est Pierre Morel à l’Huissier (Twitter @MORELPIERRE), député UMP de Lozère, né en 1958, juriste de formation, avocat spécialisé en droit public. Voici la présentation qu’en fait le site de l’ANDER :

En mars 1998, il est élu Conseiller Général du canton de Fournels dans la Haute Lozère. Convaincu que l’intercommunalité permettra aux petites communes rurales de se doter des moyens nécessaires à leur développement, il met en place et prend la présidence de la Communauté de Communes des Hautes Terres en janvier composée de 10 communes.

En mars 2001, il est élu maire de Fournels, puis en 2002, député de la Lozère. Défenseur d’une véritable politique publique en faveur de la montagne et de la ruralité à l’Assemblée nationale, il a aujourd’hui développé une expertise reconnue sur les politiques d’aménagement du territoire. Dans cette optique, il prône la création de dispositifs nationaux et communautaires spécifiques pour les zones à handicaps naturels permanents et a été à l’initiative de la création du collectif de la Droite rurale à l’Assemblée nationale qui se compose de 57 députés de la majorité gouvernementale. Ce collectif pèse de tout son poids dans l’intérêt des territoires ruraux et a déposé au printemps 2011 une proposition de loi visant à la création d’un « plan Marshall » en faveur de la ruralité.

Il a été chargé par le Gouvernement de plusieurs missions dont en particulier :

  • Une mission sur le développement du télétravail auprès des Ministères de l’Economie, de la Réforme de l’Etat et de l’Emploi et de la Cohésion sociale (2006) ;
  • Une mission sur la ruralité auprès du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche (2006) ;
  • Une mission sur le bilan de la politique de la montagne et ses évolutions souhaitables aux niveaux national et communautaire (2008).

En septembre 2011, il a été chargé d’une mission par le Premier Ministre auprès du Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement des territoires sur le foncier et l’agriculture.

L’ANDER rappelle sur son site que

« sur les 50 dernières années, les surfaces agricoles ont reculé de 20 % : de 2,5 millions d’hectares sous l’effet de l’extension de la ville et du développement des infrastructures, et de 4,5 millions d’hectares au profit de la forêt. Plus de 40 % des terres agricoles se situent dans les aires sous influence urbaine. Sur les tendances actuelles, les surfaces agricoles régresseraient encore de plus de 12 % d’ici 2050 et le potentiel agricole français, mesuré en terme de capacité de réserve en eau des sols, perdrait de l’ordre de 15 %.

La consommation excessive des espaces agricoles et naturels dans notre pays vient de dépasser les 78 000 hectares par an sur la période 2006-2010, et qui aboutit à la disparition de la surface agricole d’une département français moyen tous les 4 ans. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s