Le Grand Alès devrait passer de 16 à 50 communes

D’après alescevennes.fr

La Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI) a voté le 15 décembre dernier pour une Agglo multipliée par trois : les 45 élus ont voté pour un Grand Alès à 50 communes. C’est-à-dire au-delà de la carte proposée en mai 2011 par le préfet du Gard, Hugues Bousiges, à 46 communes, intégrant les communautés de communes Autour d’Anduze, Région de Vézénobres et du “Mont Bouquet”.

Entre-temps, par le vote de leurs conseils municipaux, une majorité de communes avaient, pour des raisons diverses, refusé l’intégration dans le Grand Alès. Et l’amendement proposé par Max Roustan, le 5 décembre, proposant d’intégrer au Grand Alès les seules communes qui y étaient favorables, avait été rejeté à une voix près par la CDCI.

D’un possible Grand Alès à 30 communes, on est donc passé dix jours plus tard à un Grand Alès à 50 membres. C’est que nombre de communes ont finalement trouvé des avantages à une intégration du Grand Alès et que les amendements déposés par ceux qui s’opposaient à la carte du préfet n’ont pas trouvé d’écho chez les élus de la CDCI. Mieux, des communes qui n’étaient pas prévues dans le périmètre initial, comme Saint-Jean-de-Serres, Massanes, Sainte-Croix-de-Caderle, Vabres et Saint-Bonnet-de-Salendrinque, ont demandé à intégrer le Grand Alès et ont obtenu gain de cause.

C’est désormais au préfet du Gard de jouer. Dans le courant de l’année, il délivrera un arrêté de périmètre actant la décision de la CDCI. Chacune des 50 communes aura ensuite trois mois pour approuver ou non ce nouveau périmètre. Il faudra la moitié des communes représentant plus de la moitié de la population pour que la nouvelle carte soit validée.

Le Grand Alès à 50 communes pourrait être opérationnel au 1er janvier 2013. Ce bond en avant lui permettra de se positionner comme la deuxième Agglo du Gard, après Nîmes Métropole (27 communes, 234 000 habitants), et comme la quatrième du Languedoc-Roussillon.

Petite histoire du Grand Alès

1993 : création de la Communauté de communes d’Alès avec 7 communes : Alès, Saint-Christol, Saint-Hilaire, Saint-Privat, Saint-Martin, Saint-Paul-la-Coste, Boisset-et-Gaujac.

Janvier 2000 : création de la Communauté d’agglomération du Grand Alès, qui reprend la Communauté antérieure avec 2 communes supplémentaires : Saint-Jean-du-Pin et Bagard.

Janvier 2002 : extension du Grand Alès à 16 communes, avec Salindres, Mons, Soustelle, Mialet, Saint-Jean-du-Gard, Corbès et Thoiras.

Avril 2011 : présentation par le préfet du Gard de la nouvelle carte intercommunale du département avec un Grand Alès à 46 communes.

Décembre 2011 : vote par la Commission départementale de coopération intercommunale d’un Grand Alès à 50 communes.

La réaction de Max Roustan :

« Je prends acte de la nouvelle carte issue des délibérations de la CDCI. Après tout le bruit fait par certains pour refuser l’entrée dans le Grand Alès, je constate que les choses semblent s’apaiser. J’ai toujours dit, et mes collègues du Grand Alès avec moi, que nous ne forcions personne à nous rejoindre dans la mesure où nous fonctionnons parfaitement à seize autour d’un véritable projet de territoire. Mais je sais aussi que ce tournant intercommunal est historique : plus notre territoire sera important, plus nous pourrons peser dans les choix régionaux et nationaux.

Je répète encore une fois qu’Alès ne va manger personne et que personne ne paiera les dettes d’Alès. La solidarité entre communes du Grand Alès ira plutôt d’Alès vers les communes entrantes que l’inverse ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s