Le mentorat entrepreneurial arrive dans les régions

Les Echos Entrepreneur évoquait récemment le « mentorat entrepreneurial« . Le terme intrigue, déjà : qui se souvient aujourd’hui encore de l’origine du mot « mentor » ? D’après Wikipédia,

« Dans la mythologie grecque, Mentor est le précepteur de Télémaque, fils d’Ulysse. Né à Ithaque, Mentor est un ami de longue date du roi Ulysse, qu’il assiste régulièrement de ses conseils. Lorsque Ulysse quitte son royaume pour participer à la guerre de Troie, il confie à Mentor l’éducation de son fils et la gestion de son patrimoine. Mentor devient donc le conseiller de Télémaque, qu’il guide dans ses choix.

[…] Dès le début du XVIIIe siècle, son nom passe dans la langue comme substantif pour désigner un guide, un conseiller accompagnant une personne qui est moins expérimentée ou débute dans une fonction.« 

Mentor, précepteur et guide du héros Ulysse et de son fils Télémaque… Or grâce au MEDEF LR, nous savons que contrairement à ce que tente de nous susurrer Marvel, ce sont les patrons les VRAIS héros du XXIème siècle. Et si avoir un mentor fait partie de la panoplie, il devient logique que les entrepreneurs s’en procurent. CQFD.

Étonnamment Les Echos avance une explication alternative à cette initiative :

« Développé par l’Institut du Mentorat Entrepreneurial (IME), le principe du programme vise à accélérer et sécuriser la croissance des PME, en mettant leurs dirigeants – les mentorés – en relation avec des entrepreneurs chevronnés – les mentors – ayant à leur actif une réussite entrepreneuriale majeure. […] Les mentorés ? Des dirigeants d’entreprise à fort potentiel, existant depuis au moins 2 ans, employant plus de 10 personnes et générant un chiffre d’affaires supérieur à un million d’euros.  Une fois leur dossier sélectionné, ces chefs d’entreprise bénéficient durant 12 à 18 mois de rendez-vous mensuels avec leur mentor, du suivi régulier de l’IME et d’ateliers portant sur des thématiques de croissance.« 

Les résultats sont pour le moins spectaculaires : toujours selon Les Echos, « les entreprises mentorées par le programme de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris affichent une croissance globale de plus de 30 %, et une croissance de leur effectif de 40 %« . Du coup,

« une convention signée le 30 novembre a officialisé le lancement de l’Afime (Association Française des Instituts du Mentorat Entrepreneurial). Actuellement, l’Afime regroupe la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, la Chambre de commerce et d’industrie Région Nord-Pas de Calais, la Chambre de commerce et d’industrie de Nantes Saint-Nazaire. »

A ma connaissance, et sauf erreur de ma part, l’Afime n’a toujours pas de site internet. Le seul site AFIME en ligne est celui de l’Amicale Féline Internationale du Mau Egyptien. Certes, ce chat devait être encore vénéré à l’époque où Mentor conseillait Télémaque, mais vous m’accorderez tout de même que le lien n’est pas évident pour autant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s