Le marché de Noël de Montpellier revu et corrigé

Le Midi Libre via la plume de Vincent Coste aborde le thème du marché de Noël à l’occasion du lancement de la 9ème édition montpelliéraine de la manifestation, qui aura lieu du 2 au 31 décembre, de 10h à 20h. On y apprend ainsi que de nombreux détails de premier plan ont été modifiés afin de mieux répondre aux attentes, souvent convergentes, des commerçants et des visiteurs – 400 000 sont attendus cette année :

« Un vrai sapin en lieu et place d’un arbre artificiel, 105 chalets et 25 tentes mais des kiosques aux abonnés absents, des abris en rondins plutôt que des habitations camarguaises, des produits (peu ou prou) estampillés Noël de préférence à de la lingerie ou autre marchandise n’ayant rien à faire là.« 

Laurent Rousselot, Biterrois, fabricant de plaques anciennes et rétro, témoigne à propos du rendement concret d’un tel investissement :

« Je fabrique et vends mes produits. Les marchés de Noël, j’en fais quatre ou cinq à la fois sinon ce n’est pas rentable. Ici, encore, ça va. La location nous coûte environ 3 500 € pour le mois et on a du beau matos avec ces chalets. C’est très correct. Dans d’autres villes, ce sont des privés qui organisent et ils demandent parfois jusqu’à 5 000 € pour des trucs pas terribles. Après, il faut rentabiliser. Si ça marche, à Montpellier, je peux faire entre 10 000 et 15 000 €. Mais c’est pas évident, on peut aussi, parfois, faire moins… »

A titre de comparaison, voici les chiffres qu’avance la municipalité de Strasbourg à propos de leur propre marché de Noël, certainement le plus célèbre de France :

  • Un coût net d’environ 2,5 millions d’euros portés par la collectivité
  • 160 millions d’euros de retombées économiques (estimations Office de Tourisme de Strasbourg et de sa Région)
  • Redevance et participation aux frais pour chaque artisan et commerçant des marchés : environ 1300 € pour un chalet de 8×2 mètres, auxquels s’ajoutent la location du chalet, ou son achat (solution retenue par plus de 90% des commerçants)

Reste à savoir à combien s’élève la location ou l’achat évoqués, dont l’absence de précision relativise la possibilité de comparaison.

D’après Wikipédia,

« Les premières traces des marchés de Noël remontent au XIVe siècle en Allemagne ou en Alsace, sous l’appellation « Marché de Saint Nicolas ».  […] Plus tard, la Réforme a perpétué la tradition en le rebaptisant « Christkindlmarkt » (marché de l’Enfant Christ) pour lutter contre le culte des saints. Le marché de Noël de Strasbourg date de 1570, celui de Nuremberg de 1628.

[…] Un important renouveau, considéré comme commercial, a eu lieu au milieu des années 1990. De nombreuses villes en Europe ont instauré leur propre marché de Noël avec des chalets et parfois des attractions (patinoire éphémère, grande roue…).« 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s