Montpellier, future métropole : quels changements ?

montpellier

C’est Midi Libre qui le révèle ce 10 avril : le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a évoqué ce mardi auprès de la presse régionale la réforme à venir de la décentralisation. Parmi ses propos se trouvait l’annonce de la création de 10 nouvelles métropoles, dont celle de la capitale héraultaise :

"Après Paris, Lyon et Marseille, déjà prévues par la loi, dix autres agglomérations de plus de 400 000 habitants situées dans une aire urbaine de plus de 500 000 habitants seront transformées en métropoles par décret. Il s’agit de Lille, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Strasbourg, Rouen, Toulon, Montpellier, Rennes et Grenoble."

Si cette dénomination est essentiellement administrative et politique, elle entraîne pour autant des changements évidents dans la gestion de la ville.

Je me suis demandé, en restant à la place qui est la mienne – celle d’un citoyen non averti outre mesure des complexités du droit administratif français -, de quels ordres pouvaient être ces changements.

Pour répondre à cette question, je me suis avant tout attaché à connaître les spécificités administratives et politiques de l’agglomération d’un côté et de la métropole de l’autre. Je l’avoue sans honte : Wikipédia me fut d’un grand secours.

Lire la suite

Intrasense, société d’imagerie médicale montpelliéraine, entre en Bourse

Stéphane Chémouny, fondateur d’Intrasense

INTRASENSE ET MYRIAN

C’est Olivier Schlama de Midi Libre qui en fait état :

"La société d’imagerie médicale montpelliéraine Intrasense, située au Millénaire, entrera en bourse, sur le marché Alternext. Le but : lever des fonds pour se développer à l’international, en créant dès cette année une filiale aux USA. Dix jours durant, investisseurs et particuliers pourront soutenir Intrasense qui, dans le meilleur des cas, sera cotée dès le 22 février."

Le fer de lance d’Intrasense, ce sont les logiciels Myrian, comme le rappelait OSEO il y a quelques mois :

"La société montpelliéraine Intrasense conçoit et distribue les logiciels Myrian ® destinés à la visualisation et à l’analyse d’images médicales. Ces solutions assistent les radiologues et les cliniciens afin de fiabiliser leur diagnostic, planifier un geste chirurgical ou décider d’une thérapie, notamment dans la prise en charge des cancers. 

Créée en 2004 par Stéphane Chémouny, Intrasense a reçu, cette même année, le prix national Talents de l’Innovation pour le lancement du logiciel Myrian ® XP-Hepatic. Il s’agit d’une solution pionnière pour la détection automatique des tissus hépatiques et le suivi tumoral des cancers du foie. Depuis, Intrasense a décliné sa gamme de logiciels Myrian ®, disponible maintenant dans 5 langues, dont le japonais et le chinois.

Nouveaux outils d’aide au diagnostic et au suivi thérapeutique, les solutions Myrian ® permettent de créer rapidement des images interactives en 2D et 3D à partir d’examens issus de scanners X, d’IRM ou de TEP. Elles sont également compatibles avec les radios conventionnelles, l’imagerie nucléaire 2D, les échographies,… Ces outils diminuent le temps de recherche ou d’étude des médecins de 45 à 3 minutes. Afin d’accompagner les utilisateurs des solutions Myrian ® dans la mise en œuvre, l’utilisation, l’exploitation et l’évolution de leurs applications, Intrasense a mis au point une gamme de prestations (garantie, contrat de maintenance, corrective et préventive, contrat de maintenance évolutive, formation et installation)."

POURQUOI UNE ENTRÉE EN BOURSE ?

J’ai trouvé sur Vernimmen.net une explication plutôt claire des avantages et des risques que comporte une entrée en Bourse :

"L’introduction en bourse consiste à mettre en vente des titres d’une société afin d’avoir accès au marchés de capitaux et d’extérioriser la valeur de l’entreprise. La vente de ces titres, pour lesquels l’information est extrêmement limitée, à un grand nombre d’investisseurs différents (institutionnels, particuliers, salariés) rend l’opération complexe et longue à préparer. La cotation en Bourse présente de nombreux avantages (notoriété accrue, possibilité de faire appel aux marchés financiers si nécessaire, liquidité potentielle pour les actionnaires) mais aussi des contraintes (obligations de transparence et de communication qui prend du temps aux dirigeants, fluctuations de cours parfois déstabilisante)."

Dans le cas d’Intrasense, l’entrée en bourse aurait les buts suivants selon Emploi LR :

  • accélérer son développement sur le marché de l’imagerie médicale par un ciblage prioritaire des industriels de l’imagerie ;
  • déployer son offre oncologique auprès des laboratoires pharmaceutiques et des organismes de recherche clinique ;
  • maintenir ses investissements en recherche et développement pour préparer la déclinaison de l’offre sur de nouvelles pathologies chroniques et ses futures évolutions ;
  • renforcer sa trésorerie pour compléter une insuffisance de trésorerie à court terme, estimée à 0,1 million d’euros pour les douze prochains mois.

A noter que dans la région Languedoc-Roussillon 12 autres sociétés ont fait aussi le choix d’être côtées en Bourse, ainsi que le rappelle Olivier Schlama :

Aude :

 Hérault :

  • Advini (négoce de vin) à Saint-Félix-de-Lodez,
  • Budget Telecom (téléphonie à bas coûts) à Montpellier,
  • DMS (imagerie médicale) à Mauguio,
  • Orchestra-Kazibao (vêtements pour enfants),
  • Vanexport (produits télécom et électronique) à Castelnau-le-Lez,
  • Promeo à Sète (villages vacances).

Gard :

  • Bastide (dispositifs médicaux à domicile) à Caissargues,
  • Troc.com (dépôts-ventes) les Angles,
  • Itesoft logiciels de lecture automatique de documents) à Aimargues,
  • PGO automobiles (voitures de luxe), à Saint-Christol-lès-Alès.

P-O :

  • Solia (Vaisselle et produits de tables à usage unique) à Rivesaltes.

Pour voir le reportage réalisé par LCI en 2009 sur Intrasense, cliquez ici.

Pour visionner l’interview de Patrick Mayette, directeur général d’Intrasense, réalisée par Boursorama en février 2012 à l’occasion de l’entrée en bourse d’Intrasense, cliquez ici.

Global Concept Automobile, nouvel hôte du Pôle Mécanique d’Alès, révolutionne la moto

 

Olivier Schlama de Midi Libre évoque ce matin "une moto révolutionnaire imaginée dans l’Hérault" : la Geco a été nommé ainsi à partir de l’acronyme du nom des inventeurs, mais aussi en référence au gecko, un lézard connu pour adhérer partout :

Grâce à deux brevets imaginés par "un savant fou" et ancien pilote mondialement connu, mais qui veut rester anonyme, [GCA] dit avoir élaboré une nouvelle moto avec un châssis sans la sacro-sainte et séculaire fourche télescopique à l’avant – qui vient de fêter ses 100 ans – et le fameux bras oscillant. Directeur technique de GCA, Olivier Gomez explique : "Notre innovation consiste notamment à remplacer la fourche avant par deux amortisseurs reliés entre eux et ajouter à l’arrière un troisième amortisseur liant les deux roues."

Le second brevet concerne la création d’un étrier de frein mobile. Au final, la nouvelle moto adhère bien mieux et freine plus tôt y compris dans la phase critique du virage quand la moto prend de l’angle. "Les distances de freinage sont raccourcies de 20 à 30 %", promet Olivier Gomez.

La révolution est donc en route : avis aux investisseurs potentiels, qui devraient saisir ici leur chance de participer à un projet solide, innovant, aux implications  et retombées multiples :

Pour réaliser le prototype, GCA a besoin de 18 mois et de 100 000 €. Tout converge pour que les investisseurs soient intéressés : "Elle sera 100 % française, de l’écrou au guidon ; elle propose une meilleure sécurité ; elle peut prendre la succession de la fameuse Voxan, dernière moto française. Et, enfin, nous avons l’appui de l’État." Jean-Daniel Woirhaye, de l’Agence régionale de l’innovation, les accompagne dans la faisabilité financière et la stratégie à adopter. "Techniquement, ce projet tient la route", dit-il. Cette moto de course pourrait être ensuite dupliquée en moto de série. Olivier Gomez a même pensé à créer une formation universitaire.

Autre gage de fiabilité du projet, son déménagement imminent vers le Pôle Mécanique d’Alès, référence internationale en matière de développement de projet innovant dans ce domaine.

Notons cependant que le savoir-faire de Global Concept Automobile ne se limite pas à la Geco, et embrasse déjà un champ conséquent de domaines liés à la mécanique automobile :

  • GC Automobile propose une expertise poussée dans le domaine de la chaudronnerie. En effet, par le biais de Sylvain GALÉA, salarié de la société, l’entreprise sait cintrer, découper, et souder (Tig, Mig, Aluminium, Acier, Titane, Magnésium etc…). Elle possède pour ce faire un marbre de 2 x 1,5m, un marbre de 1 x 0,5m, une fraiseuse 3 axes, un tour conventionnel, et une cintreuse de tube tout diamètre. Spécialisée dans la production des châssis et des échappements, GC Automobile peut réaliser n’importe quel système mécano-soudé du plus simple au plus complexe.
  • Le bureau d’études GC Automobile est sans cesse en activité. Il possède une licence I.deas lui permettant de gérer la conception assistée par ordinateur (pièces taillées masse ou mécano-soudée, prototypage rapide et surfacique, 3D etc.), la simulation de pièce (détermination des conditions aux limites, contraintes de pièces, torsion et calcul pour homologation de châssis tubulaire), les mises en plan et le suivi de production. Olivier GOMEZ, ingénieur de formation en est le responsable et son expérience dans le sport automobile lui permet d’assurer toute sorte d’étude et de mener à bien les projets retenus par la direction. La GC10 est la preuve roulante de la qualité de ce bureau d’études où tout est possible.
  • En plus d’être un constructeur européen, GC Automobile est aussi une écurie de compétition. L’équipe d’exploitation répond a toutes les attentes des clients : que ce soit les championnats circuit (VdeV, BTCS), la course de côte, le Trophée Andros (glace), ou même le Rally Raid (Dakar), toutes les demandes sont soigneusement étudiées.
  • GC Automobile, c’est également l’organisation de journées incentives pour remercier vos collaborateurs, vos fournisseurs ou encore vos clients. Avec différentes formules, GC Automobile propose aux sociétés ou particuliers de passer une journée inoubliable et forte en sensations. Au volant de véhicules accessibles à tous comme des Peugeot 207 issues du Championnat de France Peugeot ou encore au volant de ses différentes versions de la GC10, vous participerez à un véritable stage de pilotage. Explications et démonstrations par des anciens pilotes professionnels et accompagnés par un ingénieur, les techniques de pilotage n’ont plus de secret pour vous et les gens qui vous accompagnent. Ambiance personnalisée selon vos souhaits et possibilité de mettre les voitures aux couleurs de votre société.
  • Maintenance : GC Automobile vous propose de gérer votre voiture de tous les jours, qu’elle soit exclusive ou plus traditionnelle : le garage automobile vous propose un entretien toutes marques ainsi que la fourniture de pièces compétition homologuées route et la révision de modèles plus sportifs (Ferrari, Porsche, Lotus etc.). Il propose aussi un large choix de pneumatiques toutes tailles à des tarifs défiant toute concurrence.

Le Languedoc Roussillon, région la plus attractive de France

Pierre Bruynooghe rend compte dans le Midi Libre du dernier recensement de la population française, et il y apparait que le Languedoc Roussillon affiche la plus forte progression de population, avec 14% d’augmentation entre 1999 et 2009 :

En Languedoc-Roussillon, la population a augmenté de 315 240 habitants en dix ans, entre 1999 et 2009, soit en moyenne près de 31 500 de plus chaque année. À titre de comparaison, l’augmentation avait été bien moindre entre 1990 et 1999. C’est dire s’il y a eu accélération depuis le début du nouveau siècle.

  • Le département de l’Hérault fait partie de ceux qui ont le plus accueilli. Entre 1999 et 2009, sa population totale a bondi d’environ 135 500 habitants, soit une hausse proche de 15 %.
  • L’Aude compte, pour sa part, près de 44 200 habitants de plus, soit une progression d’environ 14 %.
  • Les Pyrénées-Orientales enregistrent, elles, une progression de 13,5 % avec près de 53 100 habitants supplémentaires.
  • Quant au Gard, il compte quelque 78 800 habitants de plus sur la même période, soit une hausse voisine de 13 %.
  • La Lozère, avec quelque 3 650 habitants de plus qu’en 1999, voit sa population croître de près de 5 %.

La nouvelle carte des communautés de communes du Gard

Les 45 représentants des communes et communautés au sein de la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) ont modifié les évolutions proposées en mai par le préfet. Ils ont approuvé la carte ci-dessus par 36 voix pour, 3 contre et 5 abstentions. Le préfet devra arrêter cette nouvelle carte avant la fin de l’année 2011.

Pour en savoir plus, lire l’article du Midi Libre s’y rapportant.