Languedoc-Roussillon : les chiffres clés de l’économie éd. 2013 [Direccte LR]

Languedoc

La Direccte LR a publié récemment l’édition 2013 des chiffres clés relatifs à l’économie du Languedoc Roussillon. En voici quelques uns via les visuels extraits de la plaquette. Les commentaires sont ceux d’Entreprendre en Languedoc.

Lire la suite

entreprendre en languedoc

Languedoc-Roussillon : quel paysage économique ?

Le 10 janvier dernier la DIRECCTE Languedoc-Roussillon publiait les Chiffres Clés, édition 2012. C’est l’occasion annuelle de faire le point sur le paysage économique dans lequel s’ancrent nos activités professionnelles respectives. Les tableaux sont extraits de l’étude, les commentaires sont ceux d’Entreprendre en Languedoc.

entreprendre en languedoc

Lire la suite

A quoi ressemble un patron en Languedoc Roussillon ?

Au XXIème siècle, si le patron n’est plus systématiquement représenté en train de fumer son gros cigare, son image reste incrustée de quelques lieux communs fort médiatisés tels que les stock options, les retraites chapeaux ou encore les parachutes dorés. C’est pour (tenter d’) en venir à bout que le MEDEF Languedoc Roussillon a commandé à l’IFOP fin 2011 une enquête de terrain afin de cerner le profil réel des chefs d’entreprise de la région, ceux qui se battent au quotidien pour créer ou préserver des emplois et féconder le tissu économique régional.

L’étude est intéressante, merci au MEDEF LR pour cette initiative. En voici quelques éléments, n’hésitez pas à lire l’intégralité de l’enquête ici. Les commentaires sont ceux de l’étude, les miens propres sont en italique.

Les circonstances de l’arrivée à la tête de son entreprise

  • Les deux tiers (65%) des dirigeants ont pris la tête d’entreprises pré-existantes, les créateurs d’entreprise représentant moins d’un tiers (30% environ) de l’échantillon.
  • 30% de créateurs, 24% de repreneurs et 29% de promotion interne. Seuls 12% des dirigeants interrogés ont bénéficié d’une transmission familiale.
  • Les hommes arrivent plus souvent à la tête d’une entreprise par promotion (31%) que les femmes (27%).
  • Il en va de même pour les jeunes de moins de 35 ans (42%) par rapport aux plus de 35 ans (27%).

L’origine de l’idée de diriger une entreprise

A titre personnel j’ai un peu de mal à comprendre la cohérence de cette question, puisque l’ambition, l’opportunité ou la transmission familiale restent des choix à mes yeux… mais elle reste révélatrice d’un certain volontarisme. 

L’estimation de son nombre d’heures de travail hebdomadaire

  • La moyenne hebdomadaire de travail est de 54,5 heures.
  • Cet engagement est très fort en Lozère où 100% des chefs d’entreprise déclarent travailler plus de 45 heures par semaine, ainsi que dans les secteurs de l’industrie et du BTP (90% et 88% respectivement).
  • Si 86% des dirigeants hommes déclarent travailler au moins 45 heures par semaine, 67% des dirigeantes donnent la même information.

L’estimation de sa rémunération annuelle nette

  • La majorité des dirigeants en Languedoc Roussillon (72%) perçoivent moins de 50 000 € nets par an et un peu plus d’un tiers moins de 30 000 €.
  • 85% des femmes gagnent moins de 30 000 € alors que la proportion n’est que de 66% pour les hommes.
  • Cette observation se vérifie pour les jeunes et les seniors : 93% des moins de 35 ans touchent moins de 30 000 € contre 68% pour les plus âgés.
  • Les départements dans lesquels les rémunérations sont les plus basses sont la Lozère (94%) et l’Aude (78%).
  • Il faut noter que 100 % des répondants de la Lozère donnent une rémunération inférieure à 50 000 €.

La perception de sa principale qualité en tant que chef d’entreprise

Le principal élément de fierté en tant que chef d’entreprise

 

  • Les femmes sont davantage sensibles à la renommée locale ou régionale et au statut social (27%) que les hommes (18%).
  • Les dirigeants de moins de 35 ans sont d’abord fiers de contribuer au dynamisme économique de la région en créant des emplois (35%).
  • Plus le nombre de salariés est grand, plus la fierté de contribuer à créer des emplois est importante : passant de 30%, pour les entreprises de 6 à 9 salariés à 50% pour les entreprises de 50 salariés et plus.

Le conseil donné à un proche concernant un avenir de chef d’entreprise

  • Les trois quarts des dirigeants, en moyenne, sont prêts à pousser leur enfant ou un proche à devenir chef d’entreprise.
  • Les hommes y sont légèrement plus enclins (77%) que les femmes (70%).
  • Les moins de 35 ans sont plus disposés à recommander à un proche de devenir chef d’entreprise (82%) que leurs aînés (73%).
  • La proportion de « oui » croît nettement avec le niveau de rémunération : elle passe de 68% pour les dirigeants dont le revenu est inférieur à 30.000 € à 84% pour ceux qui ont un revenu est supérieur à 80.000 €.

L’existence d’un autre projet professionnel pour l’avenir

  • 56% des moins de 35 ans déclarent avoir un projet à alors que les plus de 35 ans ne sont plus que 42%.

L’existence d’une occupation en dehors de l’entreprise

  • C’est en Lozère, et de très loin, que les dirigeants sont les plus nombreux à déclarer une occupation annexe (84%); à contrario, c’est dans l’Aude (42%) et l’Hérault (49%) que les chefs d’entreprises ont moins d’activité annexe.
  • Dans les très petites entreprises (moins de 9 salariés), 54% des chefs d’entreprise déclarent n’avoir aucune occupation en dehors de leur entreprise ; pour les 50 salariés et plus, on passe à 42%

Le nombre de semaines de vacances prises en 2010

  • Environ 90% des dirigeants en Languedoc-Roussillon ont pris des vacances en 2010.
  • C’est parmi les moins de 35 ans que nous trouvons la plus forte proportion de chefs d’entreprise ne prenant pas de vacances (15% contre au plus 10% pour leurs aînés).
  • Il en va de même pour les dirigeants de l’Hérault (14%), qui, paradoxalement est aussi le département dans lequel la proportion de chefs d’entreprise ayant pris plus de 4 semaines de vacances est la plus élevée.
  • Le niveau de rémunération semble avoir une importance puisque le pourcentage de dirigeants n’ayant pas pris de vacances est plus important pour des rémunérations inférieures à 50 000 € alors que 50% des dirigeants ayant une rémunération supérieure à 50 000 € s’octroient plus de quatre semaines de congés par an.

L’estimation de son état de santé actuel

  • 97% des chefs d’entreprise du Languedoc-Roussillon se considèrent en bonne santé dont 30% se déclarent en très bonne santé.
  • Aucun entrepreneur de moins de 35 ans, aucun Lozérien et aucun dirigeant ayant une rémunération annuelle de plus de 80 000 € ne se plaint de sa santé.

Languedoc-Roussillon : les chiffres-clés de l’économie

La CCI Languedoc-Roussillon a publié il y a quelques jours la version 2012 (6ème édition) des chiffres-clés de l’économie régionale. Ce sont 75 pages de graphes et de commentaires permettant de mieux comprendre l’ensemble du tissu économique régional, sa souplesse et ses contraintes. Voici quelques unes de ses caractéristiques, essentiellement visuelles.

Languedoc-Roussillon : répartition de la population

Languedoc-Roussillon : PIB

Languedoc-Roussillon: Tissu économique et valeur ajoutée

Languedoc-Roussillon : Structure de l’emploi

Languedoc-Roussillon : Création d’emploi

Alain Bertrand, Président de Sud de France Développement

SUD DE FRANCE DEVELOPPEMENT EN 2012

Nous évoquions il y a peu le Road Tour 2012  de Sud de France Développement, symbole du dynamisme languedocien. Or dans son édito en introduction de la plaquette de programme 2012 Sud de France Développement – Multisectoriel, Alain Bertrand dresse un bilan positif de la marque créée en 2006 :

"Sud de France compte près de 6877 produits référencés et 1984 entreprises adhérentes, côté tourisme, elle regroupe 670 établissements Qualité Sud de France et 50 établissements haut de gamme rassemblés dans le cercle Prestige. Avec trois Maisons de la Région Languedoc-Roussillon à Shanghai, Londres et New York, bientôt une quatrième à Casablanca, Sud de France Développement conduit près d’un demi millier d’opérations destinées à aider les entreprises du Languedoc-Roussillon à travers le monde et en France."

Ce bilan se prolonge par l’évocation d’une actualité chargée pour Sud de France Développement. En effet, "fin 2011, le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon a décidé de confier à Sud de France Développement les missions de promotion du tourisme dévolues jusqu’alors au Comité Régional du Tourisme" pour une politique économique de promotion et d’accompagnement des entreprises régionales vers les marchés nationaux et internationaux plus cohérente.

LE PARCOURS D’ALAIN BERTRAND

C’est en décembre 2010 qu’Alain Bertrand devient Président de Sud de France Développement, qui à l’époque s’appelle d’ailleurs encore Sud de France Export. L’ancien inspecteur des domaines né dans le Tarn en 1951 est alors maire de Mende, et ce depuis mars 2008, comme le rappelle Wikipédia :

"Il se présente, pour la seconde fois, en mars 2008, aux élections municipales à Mende, où il gagne avec 51,53% des suffrages face au député UMP Francis Saint-Léger. Il fait ainsi basculer la préfecture de Lozère à gauche, fait exceptionnel pour cette ville acquise à la droite depuis la Libération, et la disparition d’Henri Bourrillon chef de la Résistance lozérienne. Il avait reçu le soutien de l’ancien maire, Jean-Jacques Delmas, anciennement UDF, passé au MoDem."

Son ascension politique ne s’arrête pas là, puisque en septembre 2011, il conquiert face au sortant Jacques Blanc son siège de sénateur avec 173 voix contre 169, soit 50,58 % des voix. Or  depuis le départ du Sénat de Pierre de Chambrun en 1942, la Lozère n’avait plus eu de sénateur de gauche.

Cependant, à la suite d’une requête de son prédécesseur et adversaire Jacques Blanc, l’élection au Sénat est annulée par le Conseil constitutionnel le 22 décembre 2011.

Entre temps, immédiatement après l’élection, la Présidence de Sud de France Développement avait connu une période de flottement. Ysis Percq d’Objectif-lr.com rappelait qu’Alain Bertrand s’était un moment interrogé sur la pertinence de son maintien à la tête de l’agence :

« J’ai 30 jours pour me prononcer, explique-t-il. Si je quitte la vice-présidence de la Région, ma fonction de président de Sud de France Développement ne serait pas forcément remise en cause. Nous en avons parlé avec le président de Région, Christian Bourquin. Il y réfléchit. »

Ysis Percq évoquait alors les noms de ses remplaçants potentiels partiellement déclarés :

  • Fabrice Verdier. Le vice-président de Sud de France Export depuis décembre 2010, vice-président du Conseil régional du Languedoc-Roussillon chargé de la viticulture et de l’agriculture et président de l’Areflh (assemblée des régions d’Europe fruitières, légumières et horticoles) serait candidat.
  • Agnès Jullian. La présidente du CRT et vice-présidente de Sud de France Export depuis peu, ne préfère pas se prononcer tant qu’Alain Bertrand n’a pas fait connaître sa décision.
  • Jean-Claude Gayssot. Le vice-président de la Région délégué aux Relations internationales et à l’Europe se dit prêt à y réfléchir : « Je ne suis candidat à rien. Avec mes responsabilités à l’Europe, à l’International et à la Francophonie, j’ai déjà beaucoup à faire. Mais, si on me le propose, j’en parlerai et regarderai le temps que cela prend. »

Il semble néanmoins qu’Alain Bertrand soit désormais reparti pour un tour à la tête de Sud de France Développement.

L’ORGANIGRAMME DE SUD DE FRANCE DEVELOPPEMENT

Précisons enfin que Sud de France Développement est avant tout un travail d’équipe, ce que l’organigramme du groupe confirme sans ambiguïté :

Sud de France Développement, les plaquettes des programmes 2012 :

  • programme d’actions 2012 de la filière Agroalimentaire
  • programme d’actions 2012 de la filière Multisectoriel
  • programme d’actions 2012 de la filière Tourisme
  • programme d’actions 2012 de la filière Vin