Languedoc-Roussillon : les chiffres clés de l’économie éd. 2013 [Direccte LR]

Languedoc

La Direccte LR a publié récemment l’édition 2013 des chiffres clés relatifs à l’économie du Languedoc Roussillon. En voici quelques uns via les visuels extraits de la plaquette. Les commentaires sont ceux d’Entreprendre en Languedoc.

Lire la suite

entreprendre en languedoc

Languedoc-Roussillon : quel paysage économique ?

Le 10 janvier dernier la DIRECCTE Languedoc-Roussillon publiait les Chiffres Clés, édition 2012. C’est l’occasion annuelle de faire le point sur le paysage économique dans lequel s’ancrent nos activités professionnelles respectives. Les tableaux sont extraits de l’étude, les commentaires sont ceux d’Entreprendre en Languedoc.

entreprendre en languedoc

Lire la suite

A quoi ressemble un patron en Languedoc Roussillon ?

Au XXIème siècle, si le patron n’est plus systématiquement représenté en train de fumer son gros cigare, son image reste incrustée de quelques lieux communs fort médiatisés tels que les stock options, les retraites chapeaux ou encore les parachutes dorés. C’est pour (tenter d’) en venir à bout que le MEDEF Languedoc Roussillon a commandé à l’IFOP fin 2011 une enquête de terrain afin de cerner le profil réel des chefs d’entreprise de la région, ceux qui se battent au quotidien pour créer ou préserver des emplois et féconder le tissu économique régional.

L’étude est intéressante, merci au MEDEF LR pour cette initiative. En voici quelques éléments, n’hésitez pas à lire l’intégralité de l’enquête ici. Les commentaires sont ceux de l’étude, les miens propres sont en italique.

Les circonstances de l’arrivée à la tête de son entreprise

  • Les deux tiers (65%) des dirigeants ont pris la tête d’entreprises pré-existantes, les créateurs d’entreprise représentant moins d’un tiers (30% environ) de l’échantillon.
  • 30% de créateurs, 24% de repreneurs et 29% de promotion interne. Seuls 12% des dirigeants interrogés ont bénéficié d’une transmission familiale.
  • Les hommes arrivent plus souvent à la tête d’une entreprise par promotion (31%) que les femmes (27%).
  • Il en va de même pour les jeunes de moins de 35 ans (42%) par rapport aux plus de 35 ans (27%).

L’origine de l’idée de diriger une entreprise

A titre personnel j’ai un peu de mal à comprendre la cohérence de cette question, puisque l’ambition, l’opportunité ou la transmission familiale restent des choix à mes yeux… mais elle reste révélatrice d’un certain volontarisme. 

L’estimation de son nombre d’heures de travail hebdomadaire

  • La moyenne hebdomadaire de travail est de 54,5 heures.
  • Cet engagement est très fort en Lozère où 100% des chefs d’entreprise déclarent travailler plus de 45 heures par semaine, ainsi que dans les secteurs de l’industrie et du BTP (90% et 88% respectivement).
  • Si 86% des dirigeants hommes déclarent travailler au moins 45 heures par semaine, 67% des dirigeantes donnent la même information.

L’estimation de sa rémunération annuelle nette

  • La majorité des dirigeants en Languedoc Roussillon (72%) perçoivent moins de 50 000 € nets par an et un peu plus d’un tiers moins de 30 000 €.
  • 85% des femmes gagnent moins de 30 000 € alors que la proportion n’est que de 66% pour les hommes.
  • Cette observation se vérifie pour les jeunes et les seniors : 93% des moins de 35 ans touchent moins de 30 000 € contre 68% pour les plus âgés.
  • Les départements dans lesquels les rémunérations sont les plus basses sont la Lozère (94%) et l’Aude (78%).
  • Il faut noter que 100 % des répondants de la Lozère donnent une rémunération inférieure à 50 000 €.

La perception de sa principale qualité en tant que chef d’entreprise

Le principal élément de fierté en tant que chef d’entreprise

 

  • Les femmes sont davantage sensibles à la renommée locale ou régionale et au statut social (27%) que les hommes (18%).
  • Les dirigeants de moins de 35 ans sont d’abord fiers de contribuer au dynamisme économique de la région en créant des emplois (35%).
  • Plus le nombre de salariés est grand, plus la fierté de contribuer à créer des emplois est importante : passant de 30%, pour les entreprises de 6 à 9 salariés à 50% pour les entreprises de 50 salariés et plus.

Le conseil donné à un proche concernant un avenir de chef d’entreprise

  • Les trois quarts des dirigeants, en moyenne, sont prêts à pousser leur enfant ou un proche à devenir chef d’entreprise.
  • Les hommes y sont légèrement plus enclins (77%) que les femmes (70%).
  • Les moins de 35 ans sont plus disposés à recommander à un proche de devenir chef d’entreprise (82%) que leurs aînés (73%).
  • La proportion de « oui » croît nettement avec le niveau de rémunération : elle passe de 68% pour les dirigeants dont le revenu est inférieur à 30.000 € à 84% pour ceux qui ont un revenu est supérieur à 80.000 €.

L’existence d’un autre projet professionnel pour l’avenir

  • 56% des moins de 35 ans déclarent avoir un projet à alors que les plus de 35 ans ne sont plus que 42%.

L’existence d’une occupation en dehors de l’entreprise

  • C’est en Lozère, et de très loin, que les dirigeants sont les plus nombreux à déclarer une occupation annexe (84%); à contrario, c’est dans l’Aude (42%) et l’Hérault (49%) que les chefs d’entreprises ont moins d’activité annexe.
  • Dans les très petites entreprises (moins de 9 salariés), 54% des chefs d’entreprise déclarent n’avoir aucune occupation en dehors de leur entreprise ; pour les 50 salariés et plus, on passe à 42%

Le nombre de semaines de vacances prises en 2010

  • Environ 90% des dirigeants en Languedoc-Roussillon ont pris des vacances en 2010.
  • C’est parmi les moins de 35 ans que nous trouvons la plus forte proportion de chefs d’entreprise ne prenant pas de vacances (15% contre au plus 10% pour leurs aînés).
  • Il en va de même pour les dirigeants de l’Hérault (14%), qui, paradoxalement est aussi le département dans lequel la proportion de chefs d’entreprise ayant pris plus de 4 semaines de vacances est la plus élevée.
  • Le niveau de rémunération semble avoir une importance puisque le pourcentage de dirigeants n’ayant pas pris de vacances est plus important pour des rémunérations inférieures à 50 000 € alors que 50% des dirigeants ayant une rémunération supérieure à 50 000 € s’octroient plus de quatre semaines de congés par an.

L’estimation de son état de santé actuel

  • 97% des chefs d’entreprise du Languedoc-Roussillon se considèrent en bonne santé dont 30% se déclarent en très bonne santé.
  • Aucun entrepreneur de moins de 35 ans, aucun Lozérien et aucun dirigeant ayant une rémunération annuelle de plus de 80 000 € ne se plaint de sa santé.

Languedoc-Roussillon : les chiffres-clés de l’économie

La CCI Languedoc-Roussillon a publié il y a quelques jours la version 2012 (6ème édition) des chiffres-clés de l’économie régionale. Ce sont 75 pages de graphes et de commentaires permettant de mieux comprendre l’ensemble du tissu économique régional, sa souplesse et ses contraintes. Voici quelques unes de ses caractéristiques, essentiellement visuelles.

Languedoc-Roussillon : répartition de la population

Languedoc-Roussillon : PIB

Languedoc-Roussillon: Tissu économique et valeur ajoutée

Languedoc-Roussillon : Structure de l’emploi

Languedoc-Roussillon : Création d’emploi

Global Concept Automobile, nouvel hôte du Pôle Mécanique d’Alès, révolutionne la moto

 

Olivier Schlama de Midi Libre évoque ce matin "une moto révolutionnaire imaginée dans l’Hérault" : la Geco a été nommé ainsi à partir de l’acronyme du nom des inventeurs, mais aussi en référence au gecko, un lézard connu pour adhérer partout :

Grâce à deux brevets imaginés par "un savant fou" et ancien pilote mondialement connu, mais qui veut rester anonyme, [GCA] dit avoir élaboré une nouvelle moto avec un châssis sans la sacro-sainte et séculaire fourche télescopique à l’avant – qui vient de fêter ses 100 ans – et le fameux bras oscillant. Directeur technique de GCA, Olivier Gomez explique : "Notre innovation consiste notamment à remplacer la fourche avant par deux amortisseurs reliés entre eux et ajouter à l’arrière un troisième amortisseur liant les deux roues."

Le second brevet concerne la création d’un étrier de frein mobile. Au final, la nouvelle moto adhère bien mieux et freine plus tôt y compris dans la phase critique du virage quand la moto prend de l’angle. "Les distances de freinage sont raccourcies de 20 à 30 %", promet Olivier Gomez.

La révolution est donc en route : avis aux investisseurs potentiels, qui devraient saisir ici leur chance de participer à un projet solide, innovant, aux implications  et retombées multiples :

Pour réaliser le prototype, GCA a besoin de 18 mois et de 100 000 €. Tout converge pour que les investisseurs soient intéressés : "Elle sera 100 % française, de l’écrou au guidon ; elle propose une meilleure sécurité ; elle peut prendre la succession de la fameuse Voxan, dernière moto française. Et, enfin, nous avons l’appui de l’État." Jean-Daniel Woirhaye, de l’Agence régionale de l’innovation, les accompagne dans la faisabilité financière et la stratégie à adopter. "Techniquement, ce projet tient la route", dit-il. Cette moto de course pourrait être ensuite dupliquée en moto de série. Olivier Gomez a même pensé à créer une formation universitaire.

Autre gage de fiabilité du projet, son déménagement imminent vers le Pôle Mécanique d’Alès, référence internationale en matière de développement de projet innovant dans ce domaine.

Notons cependant que le savoir-faire de Global Concept Automobile ne se limite pas à la Geco, et embrasse déjà un champ conséquent de domaines liés à la mécanique automobile :

  • GC Automobile propose une expertise poussée dans le domaine de la chaudronnerie. En effet, par le biais de Sylvain GALÉA, salarié de la société, l’entreprise sait cintrer, découper, et souder (Tig, Mig, Aluminium, Acier, Titane, Magnésium etc…). Elle possède pour ce faire un marbre de 2 x 1,5m, un marbre de 1 x 0,5m, une fraiseuse 3 axes, un tour conventionnel, et une cintreuse de tube tout diamètre. Spécialisée dans la production des châssis et des échappements, GC Automobile peut réaliser n’importe quel système mécano-soudé du plus simple au plus complexe.
  • Le bureau d’études GC Automobile est sans cesse en activité. Il possède une licence I.deas lui permettant de gérer la conception assistée par ordinateur (pièces taillées masse ou mécano-soudée, prototypage rapide et surfacique, 3D etc.), la simulation de pièce (détermination des conditions aux limites, contraintes de pièces, torsion et calcul pour homologation de châssis tubulaire), les mises en plan et le suivi de production. Olivier GOMEZ, ingénieur de formation en est le responsable et son expérience dans le sport automobile lui permet d’assurer toute sorte d’étude et de mener à bien les projets retenus par la direction. La GC10 est la preuve roulante de la qualité de ce bureau d’études où tout est possible.
  • En plus d’être un constructeur européen, GC Automobile est aussi une écurie de compétition. L’équipe d’exploitation répond a toutes les attentes des clients : que ce soit les championnats circuit (VdeV, BTCS), la course de côte, le Trophée Andros (glace), ou même le Rally Raid (Dakar), toutes les demandes sont soigneusement étudiées.
  • GC Automobile, c’est également l’organisation de journées incentives pour remercier vos collaborateurs, vos fournisseurs ou encore vos clients. Avec différentes formules, GC Automobile propose aux sociétés ou particuliers de passer une journée inoubliable et forte en sensations. Au volant de véhicules accessibles à tous comme des Peugeot 207 issues du Championnat de France Peugeot ou encore au volant de ses différentes versions de la GC10, vous participerez à un véritable stage de pilotage. Explications et démonstrations par des anciens pilotes professionnels et accompagnés par un ingénieur, les techniques de pilotage n’ont plus de secret pour vous et les gens qui vous accompagnent. Ambiance personnalisée selon vos souhaits et possibilité de mettre les voitures aux couleurs de votre société.
  • Maintenance : GC Automobile vous propose de gérer votre voiture de tous les jours, qu’elle soit exclusive ou plus traditionnelle : le garage automobile vous propose un entretien toutes marques ainsi que la fourniture de pièces compétition homologuées route et la révision de modèles plus sportifs (Ferrari, Porsche, Lotus etc.). Il propose aussi un large choix de pneumatiques toutes tailles à des tarifs défiant toute concurrence.